Principes généraux à connaître

L’électricité est un phénomène directement lié à la structure de la matière. Il faut se souvenir que les atomes sont formés d’un noyau (positif) autour duquel tournent un ou plusieurs électrons (négatifs). Les atomes sont électriquement neutres, c’est-à-dire qu’ils contiennent autant de charges positives que de charges négatives.

Formation de l’électricité statique et de l’électricité dynamique

En frottant l’un contre l’autre deux matériaux isolants, on contraint une partie des électrons de l’un à quitter leurs atomes et à s’accumuler à la surface de l’autre. Les atomes ayant cédé des électrons sont chargés positivement, et ceux qui en ont accepté sont chargés négativement. Ces charges demeureront momentanément sur la surface des corps (durant quelques secondes à plusieurs mois selon les matériaux et les conditions environnementales). Ces charges électriques constituent ce que l’on appelle de l’électricité statique. La quantité d’électricité formée est en général très faible. Plus un corps est conducteur, moins il est propice à une telle accumulation de charges.

Pour en savoir plus sur l’électricité statique, consultez la brochure INRS suivante :
« Electricité statique ». ED 874, 2004, 110 p. (format pdf)

L’électricité dynamique est constituée par un flux d’électrons libres circulant dans une seule direction. Pour créer un tel flux, il faut utiliser un matériau conducteur relié à ses extrémités à un générateur (pile, dynamo, accumulateur, alternateur).

Éléments constitutifs d’un circuit électrique

De manière générale, un circuit électrique est constitué de :  un générateur de courant continu (un seul sens) ou alternatif (2 sens), des fils conducteurs reliés aux bornes du générateur, un ou plusieurs récepteurs. L’électricité ne peut circuler que si ce circuit est fermé. D’où l’intérêt de mettre en place des dispositifs permettant de l’interrompre (interrupteurs ou disjoncteurs).

Qu’est ce qu’un arc électrique ?

Un arc électrique est susceptible d’apparaître lorsque l’on ouvre ou que l’on ferme un circuit. En effet, sous l’influence de la tension électrique créée entre les extrémités des conducteurs que l’on sépare ou que l’on approche, les électrons libres sortent du métal et heurtent violemment les molécules d’air de l’espace interstitiel. Cela a pour conséquence d’arracher des électrons aux atomes de l’air et de le rendre subitement conducteur. Ce phénomène s’accompagne d’une projection de particules métalliques en fusion (plus de 3 000°C). C’est l’arc électrique.

D’une manière générale, les arcs électriques peuvent jaillir entre deux conducteurs ou deux récepteurs voisins portés à des potentiels différents lorsque la couche qui les sépare n’est pas assez épaisse ou que sa qualité d’isolation a été diminuée. La liaison qui en découle est d’abord invisible (courant de fuite) puis visible (arc électrique). Les éclairs qu’on observe pendant les orages sont des arcs électriques entre deux nuages ou entre un nuage et la Terre.

Qu’est ce qu’un court-circuit ?

Un court-circuit résulte d’une liaison accidentelle entre deux pièces conductrices présentant entre elles une différence de potentiel. Le courant de court-circuit qui en résulte est dangereux : il peut atteindre, selon l’emplacement où il se produit, une intensité très élevée (50 kA et plus). A l’origine des courts-circuits on peut citer :  la détérioration des isolants par vieillissement ou usure mécanique, la rupture d’un conducteur,  la chute ou l’introduction d’un outil conducteur dans un circuit présentant des parties nues sous tension.

Source : http://www.inrs.fr/htm/introduction_au_risque_electrique.html