Pub incendié à Trouville : la piste criminelle

Enquête incendie – Après le branle-bas de combat, l’indignation. Les premiers éléments de l’enquête laissent à penser que le feu qui a en partie détruit le pub de la rue des Bains à Trouville ne serait pas dû à un accident.

Enquête

« Toutes les hypothèses sont ouvertes, confie le procureur de la République Bruno Dieudonné. Mais il semblerait, d’après les premières constatations, que l’origine de cet incendie puisse être criminelle. »

Selon toute vraisemblance, c’est « le point de départ du feu » qui laisse à tendre l’enquête vers cette hypothèse. Il apparaît justement que celui-ci a pris au premier étage de l’établissement, peu après 5 h du matin, dans la nuit de dimanche à lundi. Or, le pub était normalement inoccupé à cette heure de la nuit. Et faisait de surcroît l’objet d’une « fermeture exceptionnelle », comme l’indique encore un papier apposé sur la porte d’entrée.

Des éléments troublants

Dès lundi après-midi, les experts sont venus inspecter les lieux et effectuer des prélèvements. D’après le commandant Bouchaud, de la police de Deauville, les résultats ne devraient pas être connus « avant plusieurs semaines ». Mais les enquêteurs ont de toute évidence mis le doigt sur certains indices. « Un certain nombre de choses que les besoins de l’enquête ne permettent pas de révéler », confirme le procureur. D’autres expertises ou analyses devraient être par ailleurs effectuées pour déterminer s’il y a eu « utilisation de combustible ou d’un accélérant » cette nuit-là.

Personne n’a été identifié, mais une enquête de voisinage est en cours. Certaines choses suspectes se seraient produites au cours de la nuit. La seconde porte du pub, donnant sur la rue Biais, pourrait notamment avoir été fracturée. Seulement, de l’argent restait dans la caisse après l’incendie.

Autre élément potentiellement troublant : les pompiers seraient déjà intervenus une première fois quelques jours auparavant. Un chauffage d’appoint aurait occasionné un début d’incendie au rez-de-chaussée. Mais c’est un dégât des eaux qui aurait provoqué la fermeture de l’établissement vendredi. Et l’électricité y aurait été coupée tout le week-end.

Le propriétaire, connu sous le nom de Léo, a déposé plainte. Cet été, il avait été victime d’un cambriolage aux environs du 15 août, tout comme la pizzeria mitoyenne. Il serait cependant bien indélicat de faire le lien entre ces affaires. En attendant, le veilleur de nuit du Central a été bien inspiré de donner rapidement l’alerte au départ de l’incendie. Et les pompiers de déployer de gros moyens.

Des dégâts collatéraux

Car si le sinistre n’a pas tourné au drame, il a provoqué des dégâts collatéraux. La pizzeria « Les Bains » mitoyenne a dû rester fermée hier : toit et fours hors service, infiltrations… Ses propriétaires, le couple Druon, n’ont pu ouvrir que leur brasserie attenante, épargnée. Enfin, deux voisins ont dû être relogés au « Beach Hôtel » : le propriétaire de la maison contiguë, dont la toiture a été endommagée, ainsi qu’un homme de 87 ans, quelque peu choqué.

Source : Raphaël FRESNAIS.  Ouest-France  
www.maville.com